mardi, octobre 4, 2022
0,00 CAD

Votre panier est vide.

Revenir!

-

Être.

Faire un blogue est stimulant. Motivant. Enrichissant. C’est partir à la rencontre d’un monde. Du monde. Virtuel. Mais tout de même vivant. Faire un blogue permet de prendre le temps. De fixer le temps. Beau temps mauvais temps. Au gré du courant. De la vie.  Qui s’inscrit. Qui s’écrit.

Route de campagne
Prendre la route.

Partir.

Puis parfois vient le constat. Qu’il faut partir. Qu’on a envie de fuir. Ce qui est fixé. Pour le réinventer. Le repenser. Le remodeler. Vu la route parcourue. Vu où on est rendu. Vu ce que nos yeux ont vu. Ce que nos mains veulent toucher. Parce que notre relation a changé. Avec cette vie qu’on s’était appropriée. Et de laquelle est venu le temps de se distancer.

 

Zone grise.

Rien n’est tout blanc. Ni tout noir. L’inconstant est vivant. Passionnant. Mais aussi épeurant. Changer demander d’oser. De se délier. De se délivrer. De se délester. De ce dont la vie nous a enduit. De ce qu’elle a construit. De ce qu’elle avait défini pour nous. Et qui ne nous appartient plus. Qui s’effrite. Pour laisser apparaître de nouvelles teintes. Au gré des ombres qui se pointent. Et des lumières qui vainquent.Doucement. Au fil du temps.

Polissage.

Je me suis sentie vivante. Puis hésitante. Puis écorchée. Puis j’ai pris le temps de guérir. De réapprendre ce qui me fait sourire. De me redéfinir. De réajuster le tir. Pour grandir. Me remplir. De toutes ces choses qui me faisaient envie. Qui me semblaient hors d’atteinte. Car profondément enfouies. Dans une terre riche. Mais actuellement en friche. J’ai pris le temps de me parcourir. De me lire. Pour trouver le courage. De faire confiance. En la vie. En ce que je suis.

Arc-en-ciel
Après la pluie le beau temps

Briller.

Puis un jour je me suis levée. Soulagée. Apaisée. Sans trop savoir ce qui s’était passé. Par où j’étais passée. Comme si le temps avait oeuvré. Comme le peintre qui sort enfin de son atelier. Tableau en main. Terminé. Achevé. Satisfait. Même si ce n’est pas parfait. Je me suis donc regardée. Et je me suis reconnu. J’ai revu. Retrouver. Ce pour quoi j’avais quitté. J’ai enfin pu respirer. Profondément. Sans étouffer. Sans hésiter.

Revenir!

Et c’est là que je suis rendue. Aujourd’hui. Teintée d’hier. Mais le regard vers demain. Les deux pieds ancrés. Solidement. La tête toujours aussi pleine. Mais moins lourde. Avec l’envie de revenir. De partager. De retrouver un journal délaissé. Avec l’envie de revenir. En reprenant la route. Quelques pas plus loin. Avec un bagage en composition. La tête en pleine ébullition. Le coeur empli d’émotions.

The Bees.

The Bees avait son utilité. Il fait parti du passé. Mais d’un passé qui m’a marqué. Qui m’a guidé. Jusqu’où je suis maintenant. Les Bees sont nées. D’avoir laissé The Bees maturer. Il s’agit encore de notre vie. Mais d’une nouvelle partie. Suite logique d’hier. Peut-être. Mais consacrée à aujourd’hui. Un laboratoire vivant. D’une famille qui regarde loin devant.

Mélissa

Laisser un message

Please enter your comment!
Entre ton nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.