lundi, janvier 24, 2022
0,00 CAD

Votre panier est vide.

AccueilVie de familleTravailler à la maison: être parentrepreneurs

Travailler à la maison: être parentrepreneurs

Avant de commencer.

Cet article n’est pas un mode d’emploi. Ce n’est pas une procédure. Une façon de faire. Cet article est à propos de notre famille. Et du moyen que nous avons choisi pour concilier travail – famille. De ce que nous avons mis en place pour nous respecter. Dans nos ambitions professionnelles. Et dans notre vision de la famille. Cet article traite de notre réalité de parentrepreneurs.

Choisir son camp.

Choisir. J’ai toujours trouvé ça difficile. Sélectionner une option. Envisager l’avenir. Le voir se définir. Dans une seule et unique direction. J’ai assurément erré. J’ai essayé. Des chemins. Des nouveaux moyens. Je me suis créé des combinaisons. J’ai tout retourné. De toutes les façons. Je me sentais entre deux chaises. Je n’étais jamais à mon aise.

J’ai fini par me construire. Une vie. Une carrière. Sur mesure. À l’image de ce que je voulais. De ce que j’entrevoyais. J’ai construit, pierre par pierre, ce métier. Que j’ai la chance d’exercer. Aujourd’hui. Enfin! Ça n’a pas toujours été chanceux. J’ai fait plusieurs détours. Mais ça aura été pour le mieux.

S’ancrer.

Puis est venu le temps. De se fixer. Pour s’installer. S’ancrer. Pour s’approprier. Ce qui nous revenait. Ce qui nous animait. Et pour enfin mettre de l’ordre. Dans tout ce que l’on avait accumulé. Dans ce qui avait été.  Je dis on car, mon chum et moi, c’est une réalité que nous partageons.

Nous avons choisi. En fonction de qui on était. De ce qui nous interpellait. On s’est permis d’élaguer. De simplifier. De se délester. D’un poids que l’on traînait. On a choisi. En fonction de la famille qu’on voulait. De la vie dont on rêvait. On s’est payé le luxe de choisir. En fait, on se l’est octroyé. Sans aucune permission demandée. Ce n’est pas de la chance. C’est de la bienveillance.

Se définir.

On s’est donc crées. Professionnellement. Et éventuellement personnellement. Car l’un vient avec l’autre. Inévitablement. On s’est entêtés. À vouloir travailler en région éloignée. Même si le bon sens nous disait que c’était une absurdité.

On s’est créés. En tant que famille. En prenant compte des projets communs. Qui nous réunissaient. Qui nous définissaient. L’école maison en fait partie. Tout comme notre quête d’autonomie. Et comme le temps est compté, on a dû sélectionner. On a dû prioriser. En fonction d’où nous portait notre quête de liberté. On a dû faire des compromis. Réinventer la magie, aussi. Car les choix impliquent d’en laisser derrière soi.

Le p’tit bonheur.

Notre vie est pleine de défis. De tous ordres. De tous acabits. Financiers. Organisationnels. Relationnels. Motivationnels. Mais au final, on a réussi. Quand on se couche le soir, on est satisfaits de notre vie. Généralement. Notre équilibre s’est établi. Au fil des hauts et des bas.  Au fil du temps. Porteur de réussites. Et de mauvais moments. Tout ça fait partie de l’aventure. Même si souvent ça n’avait pas été envisagés. Même si souvent c’est lourd de responsabilités. De conséquences à assumer.

Notre bonheur tient donc aux choix que nous avons faits. En tant que parents. En choisissant d’unir. De tout réunir. Pour le meilleur et pour le pire. Je le répète. Ce n’est pas un gage de bonheur. C’est un choix en fonction de nos valeurs. Cependant. Devenir parentrepreneurs est une possibilité. Il faut se faire à l’idée. Il faut pouvoir l’envisager. Le considérer. Sans peur d’être jugés. Nous sommes dans un présent porteur de possibilités. Et il est temps d’y plonger.

Oser.

Et si jamais vous venait l’envie de rêver. De l’envisager. Pour votre propre réalité. J’aimerais vous dire que vous serez entourés. Que vous serez supportés. Par une grande communauté. Par ces gens. De plus en plus nombreux. Qui font le pari de faire les choses autrement. De regarder devant. En se priorisant. En se mettant de l’avant.

J’aimerais vous dire. Que certains jours vous aurez envie de fuir. Les difficultés seront là. Mais. Vous aurez toujours le choix. De continuer. Vers la destination que vous choisirez. Et au final, vous serez plus forts. D’avoir crû en vous. D’avoir osé aller jusqu’au bout. 

Et si vous hésitez. Il y a même des formations pour vous guider. 

RELATED ARTICLES

Laisser un message

Please enter your comment!
Entre ton nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Most Popular

La déscolarisation (2/2)

La déscolarisation (1/2)

Annuelles et vivaces

Sur la route.

Recent Comments

Alexandra Beauregard on Alma Mater d’hiver 2020
Jade on Excusez-la.
Josee Maher on Excusez-la.
Maite Mardomingo on (J40) À vos marques
Maite Mardomingo on (J36) Passer le flambeau
Maite Mardomingo on (J34) La fibre maternelle
Lily and her Toes on (J12) Laver, laver
Isabelle N on Moi ma sage-femme