mercredi, décembre 8, 2021
HomeVie de familleLa magie des Fêtes.

La magie des Fêtes.

collaboration Les Bees – Tribu PiedsNus

Les intentions.

Ahhhh… Le temps des Fêtes. Ces moments magiques. Où l’on arrête le temps. L’espace d’un moment. Un temps pour chérir les gens que nous aimons. Un espace pour ralentir. Célébrer. Dans un esprit de partage et de joie. D’entraide et de générosité. D’amour. Un moment où l’on met sur pause nos préoccupations. Nos doutes. Nos ressentis. Pour se concentrer sur ce qu’il y a de plus cher à nos cœurs. Notre famille. Notre couple. Nos amis. Mais surtout, nos enfants.

Le temps.

Pourquoi ne pas prendre aussi un moment en amoureux? Un moment pour soi. On le mérite bien. On peut se gâter, non?! Les grandes tablées. Pleines d’enfants qui restent à la table. Pour discuter passionnément et tranquillement. Pendant des heures! Avec mes yeux remplis de fierté de voir ces petits êtres aussi heureux, épanouis. Avec la fierté de pouvoir philosopher ensemble!? Les mêmes enfants qui prennent le temps de déguster un repas. Longuement préparé avec soin. Ah c’est beau rêver! Non? 

La magie.

Penser que tout sera unique, parfait. Grandiose! Que nos enfants seront reconnaissants. Respectueux. Attentifs. Que la fratrie sera en harmonie suprême. Dans l’esprit des belles valeurs du temps des Fêtes. Non mais, il y a nécessairement quelque chose de miraculeux qui se passera! C’est ça la magie des Fêtes, non? Hum… laissez-moi vous dire qu’on idéalise tellement. On met tellement d’espoir sur ces moments. On y met beaucoup d’attentions. De cœur. D’énergie. Et au final? Que ce passe-t-il? Est-ce si différent? Si ça l’est chez vous, j’en suis heureuse pour vous. Sincèrement.  Cela se déroule-t-il à la hauteur de vos espérances? Vos petites attentions sont-elles reconnues ? Êtes-vous satisfaits de l’ambiance des Fêtes? Si oui, célébrez de joie. Profitez du moment. C’est vraiment gratifiant!

La réalité.

Mais si votre cœur vit une légère déception, je crois qu’il faut aussi en parler. Se dire aussi que c’est possible que ça ne se déroule pas comme prévu. Vous avez le droit d’avoir un peu de peine. Vous avez le droit de lâcher prise. Et vous avez le droit de savoir que c’est normal cette imperfection. Si c’est votre cas, sachez que vous n’êtes pas seuls…

Se faire ratrapper.

Pour ma part, chaque temps des Fêtes, je ne peux m’empêcher d’espérer. D’idéaliser. De souhaiter que tout se déroulera dans l’amour. L’harmonie. Que mes enfants ne se chicaneront pas. Qu’ils seront attentifs. Les uns envers les autres. Qu’ils seront remplis de petites attentions. Qu’ils joueront dans le plaisir. Vous voyez? Les petites étoiles filantes et la neige qui tombe. La magie dans leurs yeux éblouis. Tout le monde heureux, reconnaissants. Et ce, avec la petite musique en fond et tout le monde qui se prend la main en dansant? 

Je suis de nature utopiste. Je suis une grande romantique, sensible, idéaliste. Je suis remplie de bonnes intentions, d’espoir et de rêves. Mais. Mais… non! Tout cela ne se déroule jamais comme je le souhaiterais. Je suis encore fatiguée d’une nuit trop courte. Ma petite sixième se réveille encore tout plein de fois la nuit. Même si elle a 17 mois (ça aussi, il faut le savoir, c’est normal malgré ce que les gens peuvent dire). Il y a encore mille crises, chicanes, gestions émotionnelles. Des enfants qui critiquent, qui font la baboune. Des enfants qui pleurent, qui crient. Beaucoup de bruits pour mes oreilles sensibles. Des déceptions, des deuils. Des repas trop courts pour le temps de préparation. Des insatisfactions. Des espoirs remis. Des situations complètement hors de mon contrôle.

La vérité.

Et puis. Ahhh… les réseaux sociaux. Qui nous en mettent encore plus la vue en ces temps-là. Des photos parfaites. Mettant en scène des enfants joyeux. Dépeignant des moments de pur bonheur. On pourrait croire, à tort, que tout se déroule tellement mieux ailleurs. Que, peut-être que c’est nous, qui ne savons pas gérer la situation. 

C’est souvent dans ce temps-là que j’ai besoin d’une pause. Car je me sens blessée de savoir que chez moi, les petits yeux illuminés ne durent pas. Que la chicane pour un jouet familial est présente (parce que tsé, on se dit qu’en achetant des jeux coopératifs pour tous les enfants ben ça diminuera les frustrations ! Je vous assure que non!). 

À titre d’exemple. Le matin du 25. Moi et mon conjoint, nous nous sommes dit que ça serait bien plaisant d’aller marcher en famille . Je ne vous dit pas tout ce que ça a pris comme énergie. Motiver tout le monde.  Puis les habiller. Gérer deux enfants qui se battaient pour avoir une couleur x de mitaines. Le trois ans en crise car on lui a enlevé le crayon feutre avec lequel il était en train de dessiner sur le banc en bois non vernis…., et voilà que le 6 ans baboune car il a vraiment pas envie de suivre. Remotiver encore ceux qui étaient motivés mais qui malheureusement ont perdu leur motivation (avec raison). 

En conclusion.

Parce qu’avoir une grande famille, ça multiplie pas juste l’amour. Mais également les frictions et les gestions émotionnelles. Et que ça peut facilement devenir chaotique. Et hors de contrôle. Je vous le dis. 6 enfants qui se bagarrent pour un même jouet, c’est tout sauf plaisant pour les yeux et les oreilles. Sur ce, bon 2019!

Previous articleLait d’or
Next articleBilan 2018-2019
RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Most Popular

La déscolarisation (2/2)

La déscolarisation (1/2)

Annuelles et vivaces

Sur la route.

Recent Comments

Alexandra Beauregard on Alma Mater d’hiver 2020
Jade on Excusez-la.
Josee Maher on Excusez-la.
Maite Mardomingo on (J40) À vos marques
Maite Mardomingo on (J36) Passer le flambeau
Maite Mardomingo on (J34) La fibre maternelle
Lily and her Toes on (J12) Laver, laver
Isabelle N on Moi ma sage-femme